Quel polluant de l'eau du robinet vous inquiète le plus?
 
osmoseur achat
Nous avons 12 invités en ligne

Osmoseur, histoire et découverte de la membrane pour osmose inverse

Histoire de l'osmoseur et les membranes

Envoyer

L’abbé Jean Antoine Nollet découvre l’osmose à travers une membrane au milieu du 18e siècle et démontre qu’il existe une différence de pression de part et d’autre d’une membrane avec des liquides  de concentrations différentes, pression qu’on appelle la pression osmotique.


La première vraie application en découle au milieu du 19e siècle, c’est Thomas Graham qui met en œuvre une membrane semi-perméable pour la dialyse en 1854.

Durant les années 1940, des chercheurs américains se penchent sur la désalinisation de l’eau à  la demande du gouvernement fédéral américain sous l’administration Kennedy, et c’est ainsi que naît l’osmose inverse en 1959, mise en œuvre pour le première fois par des chercheurs d’une Université en Californie. Cette technologie trouve vite un client prestigieux, la NASA utilise en effet l’osmose inverse pour recycler les eaux usées pendant les vols spatiaux. Encore aujourd’hui le système d’alimentation et de recyclage d’eau de la navette spatiale repose largement sur cette technologie.


Apparaissent ensuite vers 1970 les premières membranes semi-perméables  commerciales basse pression permettant de filtrer 1 à 5 gallons (1 gallon = 3,78L) par jour, soit la consommation d’eau à boire d’une petite famille.

La technologie actuelle permet de produire des membranes basse pression commerciales atteignant des productions journalières de 100 gallons par jour, et des systèmes avec des capacités de 200 ou 400 gallons et plus existent à coût raisonnable pour les artisans et PME.


Le taux d’équipement des ménages français reste encore faible, d’une part parce que l’osmose inverse est largement inconnue du grand public qui est habitué et encouragé à consommer de l’eau en bouteilles, et d’autre part parce que la concurrence au niveau de la distribution de systèmes de filtration domestiques n’est pas suffisante ; du coup un système basique vendu entre 500€ et parfois 1500€ dans le commerce est difficilement accessible et ne paraît pas économiquement justifiable. Or il convient de noter que le marché des osmoseurs domestiques mondial est un marché de masse dont les volumes de production ne justifient pas des tarifs prohibitifs, avec plusieurs centaines de milliers d’osmoseurs vendus tous les mois dans le monde, ces produits offrent aujourd’hui une fiabilité technologique excellente tout en profitant d’une économie d’échelle qui devrait en principe bénéficier d’avantage au consommateur.


Le premier marché mondial pour les osmoseurs domestiques reste l’Amérique du Nord, mais l’Europe rattrape son retard et finira bientôt par devancer le marché asiatique qui reste pour l’instant en deuxième position. Le Moyen-Orient est également un avide consommateur de systèmes d’osmose, la plupart des centrales de désalinisation d’eau de mer exploitent des systèmes d’osmose inverse industrielle pour produire l’eau nécessaire aux réseaux de distribution d’eau douce de leurs pays ; en parallèle, le taux d’équipement des ménages aisés y est très important.

Choses amusantes autour de l’eau et l’osmose inverse :

  • Un des plus gros fabriquant de sodas au monde vend de l’eau osmosée en bouteille depuis 1999 aux Etats-Unis et depuis 2004 en Europe, cette eau est de l’eau du robinet purifiée par osmose inverse puis stérilisée par injection d’Ozone.
  • La membrane utilisée par Jean Antoine Nollet pour démontrer le principe de l’osmose était une vessie de porc.
  • Petite expérience à faire à la maison : prenez deux verres d’eau, 2 pommes de terre de taille similaire, pesez les pommes de terre et notez leur poids. Plongez les pommes de terre dans un verre d’eau chacune, ajoutez quelques cuillères à soupe de sel dans un des deux verres et observez le résultat. La pomme de terre dans l’eau sans sel prendra un peu de poids à la pesée au bout d’un certain temps, l’autre va rétrécir à cause de la pression osmotique supérieure obtenue grâce au rajout de sel dans l’eau, on assiste à de l’osmose.
  • Il faut boire environ 25 litres d’eau minérale pour avoir l’équivalent en minéraux d’une banane.